Une seule adresse :

Visages et portraits

Sakila - Mithu - Reshma - Afsana - Vijoy - Rashed - Jagannath - Haraloo - Alpana - Salima - Nazreen - Shiv Shankar - Fulmoni - Anita Toppo - Lalit - Asha - Tukay - Panchi - Giridhari - Khokon - Ashalata - Maloti - Parul - Anita - Paul - Dharmi Devi - Rokia - Abhishek - Najir Durga - Anamika - Puja Mahoto

Reshma, un Appel des Profondeurs

Reshma Khatun est infirme moteur cérébral (IMC). La partie droite de son corps est paralysée. Assise sur une chaise, elle ne peut circuler librement comme les autres enfants de Bakuabari, son foyer de réidence. Sa chaise roulante est équipée d'un appui-tête, elle laisse cependant retomber sa tête sur son épaule gauche comme si elle s'était assoupie. Mais à peine vous approchez-vous d'elle que ses yeux se mettent à briller et que son bras s'élance vers vous. Votre attention est aussitôt retenue par son éveil.

Lors de son arrivée dans le foyer de Lalkuthi, Reshma avait trois ans et ne pouvait rester que dans la position allongée. Grâce aux exercices de rééducation physique, elle fut un jour capable de s'asseoir.

En plus de son handicap physique, son état révèle une cassure latente. Attrape-t-elle un objet qu'elle se met à mordre sa main. En dehors de sa chaise, elle se cogne violemment contre le sol. Sa lèvre inférieure garde les traces d'une mutilation qu'elle s'est elle-même infligée.

Reshma ne parle pas. Elle refoule dans son silence tout le poids de sa solitude. Sa mère l'a abandonnée bébé, et plus tard l'a reniée. Ses parents vivent quelque part dans le sud de Howrah, la banlieue pauvre de Calcutta, les recherches de localisation ont été vaines pendant des années.

Reshma a aujourd'hui douze ans. Lorsque vous la faites manger ou s'habiller, elle comprend vos gestes et essaie d'y coopérer. Chaque jour, elle apprend à faire davantage par elle-même. Dans l'école spécialisée de Bakuabari, Reshma a beaucoup progressé. Sa manie de tout mordre a diminué. Si vous demandez, elle est capable de montrer les différentes parties de son corps. Elle aime bien dénicher ce qui se trouve dans la poche de votre chemise. Elle se plaît à jouer et s'approprie les objets qu'on lui remet ; si elle n'est pas d'humeur, elle jettera ses jouets au loin.

Si vous l'appelez par son nom, Reshma s'envole des profondeurs pour les hauteurs. Ses yeux vous interrogent. Lentement son bras gauche se soulève et se tend vers vous, main grande ouverte, pour vous toucher. Son visage soudainement éveillé reprend de la fraîcheur et de la clarté : Reshma veut vous parler et vous accueillir. Les premiers sons sortent de sa bouche. Elle manifeste sa joie de votre présence qui la guérit mystérieusement de son mutisme.

Reshma désire simplement de l'amour et de l'affection. Reshma nous dérange et nous réveille. Elle est un appel. Peu à peu, Reshma accepte de communiquer et d'échanger malgré ses blessures intérieures. Quelle est la source de cette richesse cachée si profondément dans son coeur ? Jean Vanier, fondateur de l'Arche (foyer pour personnes handicapées mentales et IMC) propose une réponse : Les plus faibles sont des signes de la Providence de Dieu. Ils nous appellent à l'Amour. De façon mystérieuse, ils nous aident à découvrir ce qui habite en nous : notre capacité à être une présence de Dieu.

PrésentationActivités et ProjetsVolontariat à HSP

Mentions légales  |   Archives Lettres aux Amis  |   Rapports d'activité  |   Partenaires